PhiloCité | Le spectacle VERA, Ce que nous ne voyons pas à Genève – 28/10/20
Philocité, philosophie, formation, animation, atelier, éducation, démocratie, esprit critique, pensée, émancipation, Liège
3257
post-template-default,single,single-post,postid-3257,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,
title

Blog

 
Publié par Philocité dans Non classé

Le spectacle VERA, Ce que nous ne voyons pas à Genève – 28/10/20

Sandrine Schlögel sera à Genève pour une représentation du spectacle VERA, Ce que nous ne voyons pas, création 2019 de la Compagnie.

De formation scientifique, Sandrine a rejoint l’association PhiloCité il y a bientôt 2 ans comme animatrice-formatrice. Elle y mène, entre autres choses, des ateliers philo-art sur des problèmes de sciences avec des enfants du primaire et bientôt des jeunes du secondaire. Elle travaille aussi sur la création de formations autour des expériences menées en classes. Sandrine poursuit aussi des activités en lien avec sa formation de cosmologiste – elle est Docteur en Sciences de l’UNamur. Et en particulier, la création d’un spectacle.

Le spectacle VERA, Ce que nous ne voyons pas

Voilà bientôt trois ans que l’aventure a commencé : un contact de la Compagnie Hallet Eghayan qui propose de travailler sur une femme de science, l’astrophysicienne et astronome américaine Vera Rubin, dans une forme danse-théâtre. Un trio se constitue rapidement : une danseuse, Charlotte Philippe ; un comédien, Gabriel Perez ; et une cosmologiste, Sandrine.

Vera Rubin (1928-2016) est connue pour avoir été la première femme à avoir eu accès – légalement (certaines femmes l’avaient fait sans permission auparavant) – aux grands observatoires américains. Cette permission va lui permettre de détecter la « matière noire », en périphérie des galaxies. Cette « matière noire » (ou sombre… ou encore transparente) est surnommée ainsi, car elle reste invisible à tous nos télescopes. Nous ne détectons sa présence qu’à travers ces effets : sans matière noire, une galaxie ne pourrait être stable ni former ses belles structures visibles au télescope, car elle se désintégrerait ; sans matière noire, les étoiles – et donc les planètes et la vie – n’auraient pas pu apparaître si tôt dans l’histoire de notre Univers.

Le spectacle ne se contentera pas seulement de plonger dans l’univers scientifique de Vera Rubin. Il s’attarde également sur le travail quotidien du chercheur, et en particulier des chercheuses. Vera Rubin a raconté des récits, des histoires de femmes de sciences qui l’ont précédée afin de mettre en évidence l’invisibilité des femmes de sciences. Nous réitérons ici son geste en mettant en lumière sa propre histoire.

Toutes les informations pratiques seront précisées ici au fur et à mesure.