PhiloCité | … en prison
Philocité, philosophie, formation, animation, atelier, éducation, démocratie, esprit critique, pensée, émancipation, Liège
1391
page-template-default,page,page-id-1391,ajax_updown_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,
title

… en prison

 

Visuel_Prison

La philosophie n’entre pas en prison, elle y est déjà ! La détention amplifie le besoin de s’interroger. Nombreux sont les détenus qui cherchent, dans les temps morts et la solitude, à donner sens à cette expérience.

 

Les ateliers philo permettent d’organiser des rencontres structurées entre ceux qui désirent pousser plus loin leur réflexion et faire résonner leur parole au-delà des murs de la cellule ou du préau.

 

Le projet 2014 débouche sur un film, celui de 2015 sur une capsule radio. Ils ne demandent qu’à circuler… Intéressés ? Contactez Denis.

 

Ateliers sur le temps – Capsule radiophonique

image

De mai à novembre 2015, un deuxième cycle d’ateliers se déroule avec neuf détenus de la Maison de peine de Lantin, sur le thème du temps, thème des Journées nationales de la prison (JNP). Les ateliers déboucheront sur la création par les détenus eux-mêmes d’une capsule audio, à partir de leurs réflexions et de sons enregistrés par eux dans leur vie quotidienne.

Passeurs de philo – Le temps, capsule radiophonique réalisée par Laurent Walgraffe et Guillaume Damit, à partir des ateliers philo menés à la Maison de peine de Lantin et des enregistrements réalisés par les détenus participants. Merci à Sophie Dutilleux et à la FAMD.

Diffusion :

En savoir plus

Circulation de la parole en détention et au dehors : ateliers philo et lettres filmées

De janvier à septembre 2014, PhiloCité® a participé à un projet initié à la Maison de peine de Lantin par la FAMD et l’ALAMD, en partenariat avec l’asbl Rougir, pour la réalisation cinématographique. Partant du constat que les prisonniers ne sont pas seulement privés de leur liberté de mouvement, mais aussi d’une parole publique, les partenaires ont cherché à rendre possible un dialogue par-delà les murs.

Quatre groupes d’une dizaine de personnes se sont engagés dans un échange épistolaire sous la forme de « lettres filmées » : un groupe de détenus, un groupe d’adolescents en détention à l’IPPJ de Fraipont (Institution publique de Protection de la Jeunesse), un groupe représentant le grand public et un groupe de professionnel de la justice.

Une première lettre filmée a été réalisée à partir du contenu des ateliers philo; elle a circulé dans les les trois autres groupes, qui ont répondu par une lettre, filmée toujours, selon le même plan de travail : ateliers philo, atelier d’écriture filmique, tournage. Les trois réponses de ces groupes furent ensuite rapportées aux détenus de Lantin, pour qu’ils y réagissent en retour. Le film retrace la chaîne de cette expérience.
La cohérence de ce projet tient à la rencontre heureuse entre les ateliers de philo de l’équipe de PhiloCité et l’écriture filmique imaginée par la réalisatrice. C’est la parole publique des prisonniers et l’idée d’un dialogue autour de celles-ci qui portent ce projet expérimental. La dimension philosophique – avec une attention particulière portée sur ce que l’on veut dire (individuellement et collectivement), comment on veut le dire (quels arguments supportent l’idée) et à qui on l’adresse – se montre ici particulièrement indissociable de la dimension démocratique – (re)trouver une parole libre, la confronter à celle des autres, (re)trouver la force émancipatrice du langage dans des échanges respectueux, attentifs et même avides de la parole des autres.

Intéressés ? Le film Juste/Injuste peut être diffusé dans votre association ou dans votre école. Il sera alors toujours présenté et encadré par les organisateurs et quelques participants aux projets.

Contact : denis.pieret[at]philocite.eu

En savoir plus